a la mode de Bretaigne...

Catégorie: Autres sujets il y a 6 semaines
Le 22 janvier 1765, en l'église de la paroisse de Saint-Nicolas à Nantes, Jean François Cadilhac, 28 ans, lieutenant de frégate, épouse Marie Marcorelles, 40 ans , veuve de Vincent Conain (ou Conin) , capitaine de navire péri en mer 1752. Elle est fille d'Etienne Marcorelles et de Françoise Nicolas de Cusey, On est dans un milieu instruit d'officiers de marine, d'armateurs et de marchands et tout le monde signe. Le père, Etienne Marcorelles, est probablement le frère d'Antoine Marcorelles avec lequel il a été en société, venant de l'Aveyron au début du 18e siècle. 
Il y a comme témoin (sous réserve de lecture) un certain "Daniel Royeaux de l'évêché de Nantes "son neveu à la mode de Bretaigne demeurant en cette paroisse" (vue 16).J'ai déjà vu dans des actes des cousins à la mode de Bretagne. Mais, au fond, que signifiait et signifie encore cette expression Parents du  second degré (petit neveu, cousin issus du germain .?)  Il ne me semble pas que l'expression soit quand même très fréquente dans les actes en pays nantais. En revanche elle existe bien dans le langage courant. que peut-on en dire?  
140_1_1765 M Marie marcorelles et Cadilhac.png (Vous n'êtes pas autorisé à télécharger ce fichier.)
  • Pas de résultat pour le texte recherché
Vous n'avez pas l'autorisation de lire les réponses ni de répondre à ce sujet car vous n'êtes pas adhérent(e) ou n'êtes pas identifié(e).
Pour profiter du Forum, identifiez-vous ici ou sur votre page habituelle de connexion, sinon optez pour l'une des 2 adhésions d'accès aux actes.